2. Un renouveau dans Pokémon

 


En développement

Iwata  :

Ishihara-san, comment s’est déroulé le passage de Pokémon en 3D ?

Ishihara  :

En passant à la 3D, j’ai pu me rendre compte d’aspects dont je n’avais pas conscience avant. Par exemple, ce que je pensais être une queue n’en était pas une, ou je donnais des instructions sur une moustache, alors qu’il s’agissait d’une corne ! (rires)

Iwata  :

(rires)

Ishihara  :

Depuis toujours, les Pokémon reflètent la diversité du monde animal, alors la modélisation a été particulièrement complexe.

Masuda  :

(souffle) C’est vrai !

Iwata  :

Dans la majeure partie des jeux vidéo, les personnages sont nombreux, mais leurs rôles sont bien définis. Par exemple, l’un d’eux est le personnage principal, l’autre est le boss de fin, un autre est le boss de milieu de niveau, et le dernier rentre dans la catégorie « autres ». Dans ce cas-là, les efforts fournis par les développeurs pour chacun des personnages ne sont pas les mêmes.

Ishihara  :

C’est exact.

Iwata  :

Mais dans ce jeu, chaque joueur a son Pokémon préféré, alors il faut insuffler autant d’énergie dans un Pokémon que dans l’autre.

Ishihara  :

On ne peut en bâcler aucun.

Iwata  :

Ce doit être un travail titanesque pour les personnes qui s’en chargent ! (rires)

Masuda  :

Oh oui ! (rires) Mais nous faisons cela depuis des années, alors nous sommes habitués.

Iwata  :

J’aimerais aussi que nous parlions des titres : Pokémon X et Pokémon Y.

Masuda  :

D’accord.

Iwata  :

En janvier dernier, lorsque nous avons annoncé le premier Pokémon Direct2, beaucoup de rumeurs ont circulé jusqu’au moment de sa diffusion. Les gens se demandaient si le jeu n’allait pas s’appeler Pokémon Version Arc-en-ciel ! (rires)2. Première diffusion Pokémon Direct : les titres Pokémon X et Pokémon Y ont été dévoilés dans le Pokémon Direct diffusé le 8 janvier 2013.

Ishihara  :

Oui, oui, c’est vrai ! (rires)

Iwata  :

Je me souviens encore des réactions suite à l’annonce des titres finaux, et de la surprise générale, puisqu’apparemment, le public ne s’attendait pas du tout à cela. Pourquoi avez-vous décidé de les appeler Pokémon X et Pokémon Y ?

Masuda  :

Le X et le Y représentent les deux axes : x et y.

Iwata  :

X pour l’axe horizontal, et Y pour l’axe vertical.

Masuda  :

Oui. Le monde est peuplé de gens qui pensent de manières distinctes, et on ressent qu’ils vivent dans des dimensions différentes. Mais si vous les considérez comme des gens qui pensent selon l’axe x ou selon l’axe y, les axes horizontaux et verticaux, alors ils finissent toujours par se croiser.

Iwata  :

Même s’ils pensent différemment, il leur arrive de tomber d’accord.

Masuda  :

Exactement. Certes, nous pensons différemment, mais nous vivons tous sur la même planète : tout le monde mange, dort et va travailler comme partout ailleurs.

Iwata  :

Alors cette fois-ci, le thème, c’est que même si les langues, les cultures et les façons de penser sont différentes, même si les environnements le sont aussi, ils finissent toujours pas se croiser.

Masuda  :

Oui. Nous avons eu cette idée très tôt et nous avons conçu le monde des jeux autour.

Iwata  :

Jusqu’ici, les titres correspondaient toujours à des couleurs, comme dans Pokémon Version Rouge et Pokémon Version Bleue3, ou à des pierres précieuses, comme dans Pokémon Version Rubis et Pokémon Version Saphir4, donc lorsque vous avez décidé de partir sur des lettres de l’alphabet, est-ce que certains membres de l’équipe ont émis des réserves ?3. Pokémon Version Rouge et Pokémon Version Bleue : premiers jeux de la série Pokémon commercialisés sur la console Nintendo Game Boy au Japon, le 27 février 1996. Ils furent commercialisés en Europe, le 10 juin 1999. Pokémon Version Bleue s’appelait Pokémon Version Verte au Japon.4. Pokémon Version Rubis et Pokémon Version Saphir : jeux commercialisés sur la console Nintendo Game Boy Advance au Japon, le 21 novembre 2002. Ils furent commercialisés en Europe, le 25 juillet 2003.

Masuda  :

Oui.

Iwata  :

Ça ne m’étonne pas ! (rires)

Masuda  :

Nous en avons discuté avec plusieurs personnes, comme (Ken) Sugimori-san5, et nous avons décidé de partir là-dessus parce que c’était facile à comprendre. Et même si la prononciation change d’un pays à l’autre, la forme des lettres est la même partout. Par exemple en japonais, nous disons ékkousou pour la lettre X, mais en français, c’est ix. Je trouve ces noms bien adaptés aux jeux.5. Ken Sugimori : directeur exécutif chez Game Freak Inc. Il gère la conception des Pokémon depuis le tout premier opus de la série. Il a été interviewé dans la session « Iwata demande » de Pokémon Version Noire et Pokémon Version Blanche.

Iwata  :

Ces titres sont parfaits pour des jeux qui sortent simultanément dans le monde entier.

Masuda  :

Oui. Et nous avons les Pokémon légendaires appelés Xerneas et Yveltal cette fois-ci. Ils ont été conçus dès le départ pour rappeler un X et un Y.

Iwata  :

Vous avez demandé à Sugimori-san de faire ça ?

Masuda  :

Oui.

Iwata  :

C’est ce que je pensais.

Masuda  :

Il s’agit de Pokémon légendaires, alors on ne les voit pas très souvent. Mais certains habitants de la région de Kalos les ont aperçus, alors ils vont en parler, et nous nous sommes dit que ce serait intéressant qu’ils disent des choses comme : « Il ressemblait à un X ! » ou « Il ressemblait à un Y ! »

Iwata  :

Les Pokémon légendaires sont descriptibles à l’oral.

Masuda  :

Exactement.

Iwata  :

Ishihara-san, lorsqu’on vous a demandé ce que vous pensiez de l’utilisation de X et Y dans les titres, que vous êtes-vous dit ?

Ishihara  :

Ça m’a plu. Comme il s’agit des premiers jeux Pokémon sur la Nintendo 3DS, je voulais quelque chose de complètement différent. J’ai donc trouvé ces titres parfaitement adaptés.

Iwata  :

Vous avez donné votre aval immédiatement ?

Ishihara  :

Tout à fait ! (rires)